Nous sommes plus forts que nous le pensons.

Depuis que j’ai commencé mon blog, il y a environ deux mois et demi.

J’ai partagé avec la communauté, deux ou trois fois mes sentiments les plus profonds quand je n’étais pas à mon top (toujours le cas), plein de doutes et de douleur.
A chaque fois j’ai reçu énormément de mots d’encouragement, de soutien et de motivation.
Autant que je sache, c’est le meilleur système de soutien que j’ai vu dans ma vie. Réceptif, rapide, efficace, plein de compassion et d’empathie, ce sont les termes qui me viennent à l’esprit lorsque j’essaie de le définir.
Il y a dix-huit ans, mon premier diagnostic m’a été rendu. On m’a informé que je souffrais d’un trouble d’anxiété grave. Il fait encore malheureusement partie de ma vie (voir Je ne suis plus le même). J’aurais rêvé d’avoir un tel soutien à l’époque en 1992. Mon diagnostic est venu comme une surprise, un choc, tout à coup, j’avais une maladie mentale, j’étais déstabilisé. Je ne pouvais pas partager ceci pas avec n’importe qui, à l’exception quelques amis proches, rétrospectivement, j’avais honte. Ma seule option était mon médecin, qui est un psychiatre remarquable. Il devint mon “système de soutien”. Je suis toujours en contact avec lui sur une base amicale, rien de professionnel.
Je mentionne cette anecdote au profit de la jeune génération et leur faire comprendre à quel point ce système de soutien « virtuel » est précieux. Je mets virtuel entre guillemets parce que ce n’est pas vraiment virtuel puisque vous avez une autre personne de l’autre côté, qui tape, exprime ses sentiments ou son soutien.
Je crois qu’il est juste de dire que la majorité des blogueurs de notre communauté souffrent d’une maladie mentale et sont capables de produire des articles pertinents, très bien écrits sur des sujets spécifiques ou de partager leurs sentiments. Nous sommes témoins d’une qualité et quantité de créativité énorme à travers des poèmes, des peintures, des dessins. Nous sommes capables de tout cela et plus encore. Nous sommes une communauté forte, brillante, créative qui est totalement ignorée par la société.
Je ne pense pas que ce soit une coïncidence que nous soyons tenus dans le noir, à l’écart du monde actif. Nous sommes une sérieuse menace, nous sommes nés en dehors de la boîte, il est donc naturel pour nous de sortir des sentiers battus. Le reste d’entre eux sont enfermés dans cette boîte et souhaitent penser en dehors de celle-ci, mais ils sont incapables de le faire. Je parle en connaissance de cause, vu que j’ai travaillé une grande partie de ma vie avec ces personnes.
Même si je ne me sens pas à mon mieux, je suis quand même allé à mon meeting avec notre avocat, au sujet de notre entité légale. Nous nous sommes mis d’accord pour mettre en place notre ONG à but non-lucratif dans le cadre d’une fondation genevoise, car c’est la configuration la plus sensée d’un point de vue juridique. Il n’est pas difficile de créer une telle entité, la Fondation sera régie par un comité, le défi sera de trouver les bonnes personnes pour rejoindre le comité. J’ai déjà quelques candidats solides que je ne contacterai pas jusqu’à ce que les fonds soient levés. Je présiderai et serai le fondateur de notre ONG, il est crucial que je solidifie cette position, car je ne veux pas me retrouver viré par le reste du comité une fois que l’ONG sera connue et jouira d’un plein succès (je connais personnellement deux cas comme celui-ci). Le personnel, si et quand nous en aurons besoin sera composé de personnes handicapées mentales. Le seul obstacle majeur est le financement, nous avons besoin d’environ USD 100 000.
Le quartier général serait à Genève en Suisse, à côté de l’ONU et de l’OMS, pour en nommer que quelques-unes. Le projet est réalisable avec la moitié des fonds, mais nous risquons de faire face à une crise de liquidités et de tuer tout le projet.
La grande majorité du fonds sera utilisée pour les frais juridiques et administratifs, le reste sera pour les bureaux et nous donnera le temps de faire le lien avec les grandes organisations internationales et de trouver des sources de financement durables pour notre ONG afin de réaliser ce dont nous avons désespérément besoin qui est un statut international légal avec des lois spécifiques servant notre cause. Une fois que le grand public verra le travail accompli par les malades mentaux, cela devrait déjà prendre soin de briser quelques stigmates.
Nous représentons quarante-quatre pour-cent de la population mondiale sur une base rotative, la plupart des maladies peuvent être guéries contrairement à nous les SMD qui comptent pour quatre pour-cent de la population mondiale.
Je crois fermement que nous avons suffisamment de masse critique pour que les choses changent. Cela va être très dur, car nous sommes une menace pour eux, mais nous l’emporterons.
Nous ne perdrons que si nous abandonnons.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s