Tellement de douleur et de rage.

La douleur me met hors de moi et me consume de l’intérieur. Les rages viennent à la suite comme une conséquence de la douleur.
Je n’arrive plus à gérer.
Je suis épuisé et je ne sais plus où trouver ma force ou mon énergie.
Je souffre trop dans la vie quotidienne. Personne ne devrait être cette situation financière lorsque vous avez la responsabilité de subvenir aux besoins de votre famille et en particulier avec des adolescents. Malgré tous les efforts incessants que j’ai faits pour trouver du travail, rien, pas de succès. Je me trouve dans cette situation impossible où je ne peux pas me permettre de payer le mazout, les réparations automobiles dont nous avons désespérément besoin, car nous sommes si isolés.
Je me sens responsable d’avoir mis tout le monde dans une situation si difficile, sinon impossible.
Je suis juste en face des portes de l’enfer appelées dépression.
Tous les sentiments négatifs ont envahi mon corps et mon esprit. Habituellement, l’âme vient après le corps et l’esprit, mais je sens que je n’ai plus d’âme. Je suis déjà mort à l’intérieur.
Je ne fonctionne plus correctement. Je ne suis plus motivé à faire quoi que ce soit. Je ne trouve plus la joie de vivre ou le réconfort dans n’importe quoi ou n’importe qui. La seule chose que je veux faire est de me mette en boule dans mon lit et de dormir en espèrent de ne pas me réveiller, mais je n’aurai pas cette chance.
J’ai fait une promesse que je tiendrai, c’est-à-dire que je ne me suiciderai pas. La seule raison pour laquelle je ne le fais pas est pour ma famille et le traumatisme cela causerait.
Je préfère donc de m’occuper de ceci en silence. Mais ça aussi, je ne peux pas faire comme je le désire, car le quotidien me rappelle constamment que les choses doivent être faites autour et dans la maison. Peut-être que c’est une bonne chose que je suis constamment sollicité. Cela m’empêche peut-être de faire de bêtises.

Je n’ai plus la force ni le plaisir de faire quoi que ce soit, à part écrire sur mon blog, qui est la seul chose qui me ratache à la vie externe.
Mon chien aussi vient et me réveiller avec son nez froid sur mon visage. Je crois qu’il sent que quelque chose ne va pas et qu’il essaie d’aider. C est mon ami fidèle même s’il m ennuye parfois.
Peut-être que tout ce que j’ai décrit comme étant “gênant” m’empêche d’entrer dans les portes de l’enfer, les portes de la dépression. Je l’avais décrit comment on se sentait tomber dans la dépression dans l’article : Que Ressent On Quand On Est Déprimé.
Après réflexion, je pense avoir déjà franchi ces portes infernales.
A moins que mes rages violentes sont une grâce salvatrice. Je réussis à les garder secrètes, en allant dehors dans les bois et en criant aussi fort que je peux, ou je les pleure dans mes oreillers en silence. J’essaie de ne pas montrer d’une manière ou d’une autre ces rages, car je veux protéger mes enfants, je ne veux pas qu’ils en soient témoins. J’espère que rien de mal ne sortira de ces colères quand je serai en ville ou au supermarché. J’ai peur qu’un idiot dise ou fasse quelque chose qui déclenchera l’une de ces rages violentes. Je ne sais pas comment cela finirait. Sûrement, en prison pour moi, car l’autre individu se retrouverait, au mieux, à l’hôpital.
Comment puis-je toujours garder les choses sous contrôle quand les douleurs et les rages sont si intenses ?

Paix et sérénité

Lawrence

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s