Une journée bipolaire.

Aujourd’hui, j’ai eu un jour bipolaire de cycle rapide qui est allé de haut en bas.
Pour une fois, je vais essayer de me concentrer sur le côté positif des choses au lieu de mon biais négatif habituel.
Un excellent ami m’a invité à déjeuner dans sa belle maison à la périphérie de Dijon. C’était un peu loin en voiture, mais rien d’extraordinaire non plus.
Il est une des rares personnes que je peux appeler mon ami et la seule qui était vraiment dans mon domaine. Nous nous connaissons depuis environ dix-huit ans.
J’ai été accueilli comme un prince, avec les bras ouverts et ça faisait du bien. Mon ami connaît mon état de A à Z et a pensé qu’il était temps de me sortir de la maison pour un changement d’environnement et de parler de notre passion que sont les marchés financiers. J’ai été hors circuit pendant de trop nombreuses années, et je ne suis pas vraiment au courant des détails et des changements dans le cadre légal, mais selon lui, je le suis toujours, car les principes n’ont pas changé du tout. . Même si je n’ai aucune chance de travailler à nouveau dans ce domaine, je vérifie toujours de temps en temps ce que font les marchés.

Nous avons eu un merveilleux déjeuner sur sa terrasse donnant sur un paysage magnifique qui aurait pu être pris d’un film. Tout d’abord, nous avons eu un apéritif, typique français : saucisson avec une bonne bière froide. Nous avons discuté un peu de tout, il était très préoccupé par ma santé, et c’est là que j’ai remarqué quelque chose dans ses yeux. Il y avait de la douleur ou du chagrin dans son regard quand il m’a interrogé sur ma condition. J’ai immédiatement demandé si tout allait bien pour lui et il m’a répondu que son jeune frère est décédé, il n’y a pas si longtemps, après avoir lutté contre un cancer foudroyant. Je pouvais ressentir la douleur et lui demander comment il se sentait et s’il cherchait de l’aide professionnelle. Je l’ai mentionné pour réduire le fardeau du processus de deuil et m’a répondu négativement, mais n’était pas contre l’idée car il a d’autres problèmes à traiter aussi. Je n’ai pas soulevé et demandé ce que c’était. Je me suis dit que s’il voulait en parler, il le ferait.
Il m’a dit qu’il se sentait très triste pour ses parents, qui ont dû enterrer leur fils. Ensuite, j’ai mis ma “casquette de père” et je me demandais si je serais capable de faire face à des circonstances aussi traumatisantes et contre nature. Certes, j’ai presque perdu mes deux garçons, mais je ne les ai pas perdus, ce qui fait toute la différence.

Le déjeuner était exquis et copieux. Nous avons réussi à avoir de belles discussions sur de nombreux sujets, allant du monde financier à la maladie mentale.
À un moment donné, il m’a apporté un projet très confidentiel, très détaillé et complexe. Il m’a demandé mon avis, ce qui m’a beaucoup flatté. Je l’ai revu page par page, avec lui, alors que j’essayais de suivre le rythme, car je me sentais très rouillé. Puis vint le moment de donner mon avis sur celui-ci. J’ai mentionné ce que je trouvais comme points forts et faibles. Et à ma grande surprise, il m’a dit qu’il était d’accord et qu’il donnerait exactement le même retour d’informations aux responsables de cet investissement substantiel.

Il m’a regardé avec un sourire et m’a dit : « Je t’ai dit que tu l’avais toujours en toi vieux renard.”

Paix et sérénité

Lawrence

.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s