J’en ai trouvé d’autres.

Je crois avoir trouvé un nouveau déclencheur qui héberge une multitude d’autres déclencheurs plus ou moins significatifs. Ce déclencheur de taille est le supermarché.

Le problème commence avant que j’y arrive, la première couche d’anxiété réside dans la liste des courses. Est-ce que j’ai tout ? Ai-je oublié quelque chose ?
Le fait que cela me prend trente minutes pour y arriver n’est pas un problème et me détend un peu avant de faire face aux achats de nourriture qui est probablement l’une des choses que je déteste le plus.
À ce stade, mon anxiété doit augmenter, car j’ai plus chaud et me sens agité.

Ça y est. Je suis dans la fosse aux lions où tous les articles sont alignés et rangés dans des endroits impossibles à trouver. Comme s’ils l’avaient fait exprès, pour m’énerver.
Cela me prend probablement plus du double du temps que n’importe quelle autre personne. Je vais et viens d’un bout à l’autre pour chercher un article, et je m’embrouille, j’oublie ce que je dois acheter bio ou pas.
Huit fois sur dix quelque chose déclenche une phase hypomaniaque où je commence à acheter des articles en abondance, et la liste est totalement oubliée. Je finis par acheter des choses dont nous n’avons pas besoin. Je n’arrive pas à penser clairement et je deviens irrationnel.
Je ne pense même pas aux ramifications de mes actions et à l’impact qu’elles ont sur notre compte bancaire et nos besoins. L’inévitable se produira, ce qui sera un affrontement important une fois que j’arriverai à la maison.
Des joutes verbales violentes ont lieu pendant un certain temps. Même si j’avais l’intention de faire une bonne chose, cela s’est soldé par un désastre.

Les autres déclencheurs qui se produisent dans le supermarché ont quelque chose à voir avec la foule, les gens. Je n’ai plus l’impression d’appartenir à ce monde, car je n’arrive pas à le gérer.
Alors voilà, un exemple de comment un bipolaire II vis de l’intérieur une visite au supermarché.
Pas étonnant que je n’aime pas le faire. Pas une fois, je ne l’ai fait correctement.

Pour résumer ce fiasco. Il a généré et déclenché ce qui suit : anxiété légère à sévère, épisodes maniaques, phobie de la foule. Ceci n’est qu’un voyage au magasin d’alimentation et il cause autant de dommages internes que d’autres incidents plus importants.

Après toutes ces années, je suis très heureux du fait que j’ai finalement réalisé que le supermarché ou le shopping de masse déclenche toutes sortes de sentiments négatifs et d’émotions. Maintenant que j’ai pris conscience de cela, je dois essayer de gérer ces excursions avec une bien meilleure approche. Je ne sais pas comment pour l’instant, mais je vais trouver un moyen.

Un petit incident insignifiant tel que celui mentionné ci-dessus peut transformer une bonne journée en une mauvaise comme aujourd’hui. Tout allait bien, pas de prise de bec jusqu’à cet incident qui a radicalement changé la dynamique d’aujourd’hui.

Je suppose qu’avec cette maladie, nous ne cesserons jamais de découvrir ce qui nous fait fait agir, ce qui nous motive ou pas. Nous sommes tous différents avec des points de déclenchement différents. Peut-être qu’en partageant nos expériences, nous trouverons des dénominateurs communs et des solutions.

Paix et sérénité

Lawrence

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s